Perceptions locales des perturbations écologiques et de leur influence sur la banque de semences du sol et la régénération dans la Réserve de Biosphère Transfrontalière, Parc W

Lassina Sanou

29.50 €

L’activité humaine est au centre des perturbations écologiques et participe au processus lent de reconstitution des écosystèmes. Ce travail comportant deux études a été réalisé dans le Parc W et trois villages environnants avec pour objectif global de disposer de connaissances de base pouvant contribuer à une meilleure gestion des habitats des aires protégées. Dans la première étude, des enquêtes menées auprès de 240 personnes visaient à recueillir leur perception des facteurs de perturbation écologiques (feu, pâture). Il ressort que les populations locales ont une bonne connaissance des effets de la pâture et des feux de brousses et perçoivent les activités humaines comme principale cause de la dégradation des forêts. Les facteurs de dégradation des formations végétales reconnus par les acteurs enquêtés sont par ordre décroissant: la croissance démographique (85,83%), les défrichements des terres pour l’extension des superficies culturales (84,58%), la variabilité climatique (80%), les feux de brousse (66,25%), la politique de gestion des formations végétales (61,67%). Les moyennes des scores de réponse des répondants sur leur perception de l’usage des feux et de la période de mise de feu précoce indiquent que les populations locales utilisent couramment les feux pour les défrichements des terres (=2,69) et la période Novembre-Décembre est celle indiquée pour les feux précoces (=3,03). La deuxième étude se fixe pour objectif global de disposer de connaissances de base pouvant contribuer à la restauration écologique d’habitats dégradés des aires protégées. Au total 9 ha ont servi pour l’inventaire stratifié et à la collecte d’échantillons de sol pour les études sur la banque de semences.
Pages:136
Published:2020
ISBN:978-9975-153-54-6
Language:French
Category:Nature, Environmental Studies